Des découvertes archéologiques pendant la chasse ?

En cherchant un lièvre, on peut tomber sur une petite hache en pierre polie du néolithique oubliée il y a près de 5000 ans.

Il n’y a pas si longtemps, on enterrait ce type de hache dans les fondations des fermes pour les protéger de la foudre. Cette tradition remonte à l’antiquité. On croyait alors que ces pierres apparaissaient avec la foudre envoyée par Jupiter et on s’en protégeait grâce aux pierres, la foudre ne tombant jamais deux fois au même endroit.

Amis chasseurs, vous est-il arrivé de faire des découvertes dans les champs ? N’hésitez pas à répondre directement dans les commentaires.

Comptage des lièvres et des perdreaux

Le vent était assez frais ce matin lorsque nous sommes allés mesurer les effectifs de lièvres et de perdreaux sur le territoire. Les uns comme les autres furent bien au rendez-vous et en quantité légèrement supérieure à l’année précédente.

Pour exprimer sa satisfaction, le chien de Nanard, faisant fi de son age avancé, se permit même une petite escapade dont il est coutumier. Il revint tardivement mais hilare d’avoir ainsi promené son relativement jeune maître.

Et à l’heure d’un apéritif bien mérité, quelle ne fut pas notre surprise de découvrir un lièvre que nous avions oublié de compter délicatement incrusté dans une bien jolie voiture…

Ça ne s’invente pas !

 

 

Le vrai coût de la chasse

Chers collègues,

Nos conjoints ou conjointes voient parfois d’un mauvais œil notre activité favorite… Alors voici une petite étude qui pourrait nous rendre service à tous…

C’est vrai, la chasse coûte cher :

  • Action à Hanches : 315 €
  • Permis de chasse annuel : 130 €
  • Consommation annuelle de cartouches : 70 €
  • Gorge de porc : 80 €
  • Caoutchoucs pour bocaux : 50 €

Au total, nous en avons pour près de 600 €, ce qui n’est pas une dépense négligeable, d’autant que, pendant ce temps, nous ne sommes pas à la maison à nous occuper des tâches ménagères…

Néanmoins, si nous considérons que nous ramenons à la maison chaque année 10 kilos de viande de gibiers, soit 20 kilos de pâtés dont la valeur marchande excède facilement les 30 euros le kilo, alors, nous pouvons considérer que cette activité non seulement ne coûte rien contrairement à la plupart des sports, mais est même plutôt rentable.

Alors la prochaine fois que vous allez à la chasse, dîtes plutôt à votre conjoint que vous allez faire les courses et ce, tout en promenant le chien et en entretenant gratuitement votre condition physique.

Installation de miradors

Samedi 14 septembre, les chasseurs se sont retrouvés afin d’installer des miradors sur le territoire de chasse.

Mirador

Cela permettra de mieux sécuriser nos battues (meilleurs positionnements des chasseurs et meilleurs angles de tirs). Cela pourrait aussi nous permettre de protéger les agrainoirs et les abreuvoirs.

Un grand merci à Bernard pour cette initiative et à João pour avoir monté et transporté les miradors jusqu’au territoire. Il ne restait collectivement qu’à porter, défricher, creuser, et stabiliser les miradors.

6 hectares de forêts vont être rasés à Hanches

Projet de centrale photovoltaïque au sol sur une parcelle communale sise près de la RD 328

Extrait du COMPTE-RENDU DE LA SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DE HANCHES DU MARDI 21 MAI 2019 A 20 H 00 :

« Madame le Maire informe le conseil municipal que la commission d’urbanisme a assisté le 23 avril dernier à la présentation du projet d’installation d’une centrale photovoltaïque au sol sur une emprise foncière communale, par la société ARKOLIA ÉNERGIES dont le siège social est au 16 rue des Vergers – ZA Le Bosc, 34130 MUDAISON.
Puis, elle cède la parole à Joël RÉVEIL, adjoint à l’urbanisme, qui détaille les possibilités de développement du projet de centrale photovoltaïque aux membres du conseil municipal. Il précise que le terrain objet de l’étude est situé au lieu-dit « La Cave », site de l’ancienne décharge publique communale, qui est entièrement reboisé depuis sa désaffectation. On y accède par la RD 328, près de la route de Nogent-le-Roi.
Ce terrain de 5,7 hectares apparaît propice à l’installation d’un tel projet qui permettrait l’exploitation de près de 14.000 panneaux photovoltaïques capables de produire une énergie de 6.100 MWh/an, ce qui représente un équivalent habitant (hors chauffage) de 3.100 personnes.
Monsieur RÉVEIL précise enfin que la société ARKOLIA ÉNERGIES est disposée à verser à la commune un loyer annuel avoisinant les 1.800 € par hectare exploité.
Madame le Maire propose donc au conseil municipal de se prononcer favorablement à l’étude d’un projet de centrale photovoltaïque sur le territoire communal.
Ouï cet exposé, et après en avoir délibéré, le conseil municipal, à la majorité des membres présents (une voix contre : M. ANDRO, et trois absentions : Mmes VILLAIN, MILLEVILLE, GILOT), considérant l’intérêt économique et environnemental d’un tel projet, DÉCIDE d’autoriser la société ARKOLIA ÉNERGIES à concevoir, construire et exploiter une centrale photovoltaïque au sol sur la parcelle communale cadastrée section AB n°92, d’une superficie de 57.422 m², DONNE mandat à madame le Maire pour signer tout document matérialisant l’engagement de la commune, entre autres la promesse de bail puis le bail emphytéotique avec la société ARKOLIA ÉNERGIES. »

C’est donc une partie très importante de la forêt de Hanches (en bleu dans la photo ci-dessous) qui va être littéralement rasée au mépris de la biodiversité et de la beauté des paysages.

Foret rasee

D’après nos mesures, la forêt ne représente déjà que 35,9 hectares de la superficie de la commune (soit seulement 2.24 % du total). Avec cette opération, c’est pas moins de 15.88 % de la forêt restante qui sera rasée. Il ne restera donc que 30.15 hectares soit seulement 1.88 % du total de la superficie communale.

La nature de Hanches va ainsi être détruite au bénéfice d’une technologie polluante, largement subventionnée car non rentable et pour un loyer dérisoire. A ce rythme là, Hanches finira par ressembler un jour à une ville de banlieue. Nous ne pensons pas que ce soit le souhait des habitants. En tous cas, ce n’est pas celui des chasseurs qui s’opposent à ce projet et demandent le reboisement de 6 hectares en compensation.

 

Pour aller plus loin :

https://www.midilibre.fr/2019/06/20/la-conf-occupe-le-siege-darkolia-energies,8266401.php

https://www.francebleu.fr/infos/climat-environnement/un-projet-de-parc-photovoltaique-fait-des-vagues-dans-le-nord-de-l-herault-1547742472

 

Comptage des lièvres

 

Dimanche 10 mars, les chasseurs du village se sont retrouvés pour compter les lièvres et les perdrix sur le territoire. Les résultats sont encourageants. En 2018 nous n’avions croisé qu’une quinzaine de lièvres. Cette année, il y en avait près de quarante.

Le pâté était très bon et le vin maison aussi. Ce fut aussi une belle occasion de partager un moment convivial.

Lièvre brun / Brown Hare